Skip directly to content

Gaz métro achète les premiers crédits carbone québécois

25 oct 2015

Gaz Métro acquiert les premiers crédits compensatoires québécois générés grâce aux efforts d’une PME d'ici, Recyclage ÉcoSolutions. La PME est la première entreprise en Amérique du Nord à récupérer et détruire les halocarbures contenus dans les appareils réfrigérants--des gaz hautement nocifs pour la couche d’ozone-- et la première au Québec à générer des crédits compensatoires dans le cadre de la bourse du carbone Québec-Californie.

Rappelons que depuis le 1er janvier 2015, Gaz Métro est assujetti au marché du carbone Québec-Californie en tant que distributeur de carburant et doit ainsi compenser ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et celles de ses clients, particuliers et petites entreprises. Trois possibilités s’offraient à Gaz Métro pour se procurer des droits d’émission: les ventes aux enchères organisées entre le Québec et la Californie, le rachat des surplus d’autres entreprises et l’acquisition de crédits compensatoires générés par l’industrie.

Au début de 2014, Gaz Métro avait identifié un partenariat potentiel avec Recyclage ÉcoSolutions. L’entreprise entamait alors des démarches avec le gouvernement pour réaliser un projet de crédits compensatoires sur le marché du carbone québécois. En effet, les activités de RES correspondent à l'un des trois types de projets de crédits compensatoires reconnus par le gouvernement provincial, soit la destruction des substances appauvrissant la couche d'ozone contenus dans les produits réfrigérants.  Ces crédits ont finalement été émis à l’été, et sont à ce jour les seuls crédits disponibles au Québec sur le marché du carbone -- les autres possibilités pour les entreprises québécoises étant d’acquérir des crédits compensatoires provenant de projets californiens. Recyclage ÉcoSolutions (RES) a obtenu plus de 160 000 crédits compensatoires provenant de la destruction de 81 tonnes de GES, réalisée entre 2009 et 2011. Cette première transaction entre Gaz Métro et RES s’est élevée à plus de deux millions de dollars.

"Nous sommes très fiers d’être la première entreprise québécoise à générer des crédits compensatoires sur le marché du carbone au Québec. Notre partenariat avec Gaz Métro est un important levier financier qui nous permet de poursuivre nos efforts afin de capter et de détruire les gaz réfrigérants provenant de dizaines de milliers de vieux réfrigérateurs qui autrement seraient en grande partie relâchés dans l’atmosphère", indique Mathieu Fillion, directeur général de Recyclage ÉcoSolutions.

La vente de crédits compensatoires offre ainsi à RES un revenu supplémentaire qui rend son modèle d’affaires plus rentable et lui permet notamment de poursuivre ses investissements dans la destruction des GES.

En choisissant de soutenir une technologie verte développée localement, Gaz Métro saisit également l’occasion d’obtenir des droits d’émissions à plus faibles coûts, une économie qui bénéficie aux clients du distributeur d’énergie. "C’est aussi dans le souci d’effectuer les transactions les plus profitables pour nos clients que nous avons conclu cette entente avec RES. On réussit donc à réduire les coûts tout en investissant dans l’économie verte au Québec, soit une illustration concrète des retombées positives du marché du carbone", souligne Vincent Pouliot, Chef de service, Marché du carbone et efficacité énergétique chez Gaz Métro.

L’entente qui vient d’être conclue entre Gaz Métro et RES implique également de futures acquisitions de crédits compensatoires. Recyclage ÉcoSolutions devrait débuter un nouveau projet au cours de 2016, l’opérationnalisation d’un centre de gestion intégrée des halocarbures, situé à Bécancour. Cette installation permettra de détruire une quantité encore plus importante de GES, soit 525 tonnes d’halocarbures par année.

Cet article est présenté par Gaz Métro.

André-Anne Cadieux

SOURCE : Article Publié dans Novae, le média du développement durable au Québec.
http://novae.ca/actualites/leadership/oct-2015/gaz-metro-achete-les-premiers-credits-carbone-quebecois