Skip directly to content

Impacts environnementaux

Que contient un appareil réfrigérant ?

Les appareils frigorifiques ménagers » contiennent non seulement du métal et du plastique, mais aussi plusieurs composantes dangereuses et nocives.

Plusieurs appareils frigorifiques domestiques fabriqués avant 1995 sont toujours en utilisation au Canada. Ceux-ci contiennent du chlorofluorocarbone (CFC) ou de l'hydrochlorofluorocarbone (HCFC), substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) et puissants gaz à effet de serre (GES). Ces gaz ont été graduellement interdits. Toutefois, les nouveaux appareils renferment maintenant de l’hydrofluorocarbone (HFC) lequel, bien qu'il n'ait  pas d’effet sur la couche d’ozone, demeure un puissant GES. Les États-Unis, le Canada et le Mexique militent d’ailleurs pour la réduction de son utilisation. 

Ainsi, la vaste majorité des appareils nord américains contiennent des halocarbures dans le circuit de réfrigération et la mousse isolante. Lorsqu’ils ne sont pas captés et détruits, ces gaz causent des effets majeurs sur le réchauffement climatique (entre 700 et 10 900 fois le CO2!). De plus, certains congélateurs construits avant l'année 2000 renferment de 1 à 1,5 g de mercure, une substance très toxique pour la chaîne alimentaire et l'être humain.

« Recycler », ce n’est pas assez!

Avec toutes ces substances, un réfrigérateur dégage, lorsqu’il est jeté aux ordures, jusqu’à 3,7 tonnes métriques en équivalent de CO₂, soit la même quantité émise par une voiture qui parcourt 17 500 km! 

 

Les impacts environnementaux

L’impact des appareils réfrigérants mal récupérés sur l’environnement est énorme :

  • Un appauvrissement de la couche d’ozone
  • Une accélération des changements climatiques
  • La contamination au mercure de l’environnement

Les halocarbures présents dans les appareils réfrigérants contribuent à l’effet de serre. En effet, ces gaz bloquent l’évacuation de la chaleur terrestre et appauvrissent la couche d’ozone qui permet de filtrer les rayons en provenance du soleil. L’effet de serre et l’appauvrissement de la couche d’ozone contribuent à réchauffer la planète. Conséquemment, la demande pour la climatisation et l’énergie augmente, on produit plus d’appareils de réfrigération et de climatisation, et ainsi un cercle vicieux s’enclenche.   

Les effets des changements climatiques incluent :

  • L’augmentation des risques sur la santé
  • Des conditions météorologiques extrêmes (inondation, sécheresse, feux de forêt, etc.)
  • La hausse du niveau des mers
  • La diminution du rendement agricole
  • La diminution du phytoplancton, nourriture pour de nombreux poissons
  • La modification des habitats fauniques
  • Et bien plus!

Caractéristiques des principaux gaz utilisés en réfrigération et climatisation

Gaz

Utilisation

Potentiel de réchauffement global (T.équivalent CO2)

Potentiel d’appauvrissement de la couche d’ozone

CFC-11

Mousses isolantes et refroidisseurs industriels

4750

1

CFC-12

Gaz réfrigérant

10 900

1

HCFC-141b

Mousses isolantes

725

0.11

HCFC-22

Gaz réfrigérant

1700

0,055

HFC-134a

Gaz réfrigérant

1430

0

Tirée de l’article Une importante source de gaz à effet de serres de la revue Vecteur Environnement – Novembre 2012

Quelques chiffres

  • Au Québec, il y a environ 158 000 réfrigérateurs, 62 500 congélateurs et 62 500  climatiseurs en fin de vie chaque année¹.
  • Plus de 95 % des équipements de climatisation commerciale utilisent un HCFC comme réfrigérant².
  • En 2007, environ 26 % des réfrigérateurs et congélateurs utilisés étaient fabriqués avant 1995 et contenaient donc des CFC, substance aujourd’hui interdite.

Sources :

  1. Estimation du nombre d’équipement mis hors service en 2011 et volume associé de frigorigènes aux halocarbures,  Environnement Canada (2011)
  2. Bilan des ventes d’halocarbures et des reprises d’halocarbures usés au Québec de 2003 à 2009,  Direction des politiques de la qualité de l’atmosphère, Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Gouvernement du Québec (2012)
  3. État de situation des rejets anthropiques de mercure dans l’environnement au Québec,Direction des politiques en milieu terrestre, Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Gouvernement du Québec, 2007